Un appel en faveur d’un ministère du numérique de plein exercice

Pour le reboot d’Emmanuel Macron, une tribune collective demande que le numérique ne soit plus confié à un simple secrétariat d’État, mais à un ministère de plein exercice.

Pour les signataires, « bien plus qu’une évolution technologique, le numérique génère des transformations sociétales par les réseaux sociaux et la communication instantanée, bouscule le droit du travail par l’apparition des plateformes d’intermédiation, oblige à repenser l’industrie par l’intégration systématique d’intelligence et de connectivité, ou à réaménager nos territoires avec une analyse fine de leurs dynamiques ».

Or, « alors que personne aujourd’hui n’aurait l’idée saugrenue de placer l’agriculture sous la tutelle du ministère de l’Économie et des Finances, c’est toujours le sort bien peu visionnaire et ambitieux que l’État réserve au numérique ».

Un ministère de plein exercice « doté de tous les moyens nécessaires à la définition et la mise en œuvre d’une stratégie ambitieuse » s’avère aujourd’hui nécessaire et inévitable. Il devrait être doté des « moyens humains, financiers et institutionnels qui lui permettront d’aborder de façon cohérente les facettes multiples du numérique, qui puisse faire rayonner tout notre savoir-faire, protéger nos intérêts, et faire du numérique une chance indiscutable pour toutes les composantes de notre nation ».

La tribune collective a été signée par Me Alexandre Archambault, Gilles Babinet (CNNum), Laurent Chemla (Calliopen), Fabrice Epelbouin (enseignant et chercheur), Tariq KRIM, Entrepreneur, fondateur de Polite, Jean-Baptiste Kempf (VLC), Philippe Latombe (député), Florie Marie et Cédric Levieux (Parti Pirate), Tristan Nitot (entrepreneur et hacktiviste) ou encore Rayna Stamboliyska (RS Strategy).

Il y a deux mois, InfraNum formulait également le souhait que soit mis en place un ministère du numérique.

 

Source NEXIMPACT

Vous aimerez aussi...